Journal de bord #1 - L'aventure commence !

11/02/2018

Arrivée à Mandalay

 

C’est le lundi 29 janvier en début d’après-midi, après plusieurs mois de préparation à distance, que les 3 Moustiquaires se sont finalement retrouvés à l’aéroport de Mandalay. Les retrouvailles font du bien ! Malgré quelques frayeurs d’excédents bagages, le voyage s’est bien passé et les vélos sont arrivés en bon état. Dans le hall de l’aéroport, nous nous lançons alors dans le remontage des vélos, bien emballés pour le transport en avion. Après quelques heures ponctuées par la visite d’observateurs curieux, tout est prêt pour le départ à vélo vers notre hôtel. Ou presque… Nous devons faire face à la crevaison de la roue avant de Victor mais nos chambres à air de rechange ne sont pas adaptées à nos vélos. Problème technique ! Nous décidons donc de rejoindre le centre de Mandalay dans une camionnette-taxi locale. Sacré bazar pour faire rentrer les 3 vélos et nos bagages, mais aussi une première occasion de découvrir la gentillesse birmane. Le trajet nous permet d’admirer un beau coucher de soleil dans des paysages qui nous sont encore étrangers mais qui nous fascinent déjà.

 

 

Nous passons 2 jours à Mandalay pour faire des provisions pour le début de notre périple et pour visiter la ville. Après avoir réussi à échanger nos chambres à air, nous partons en exploration dans Mandalay à vélo. Un bonheur de prendre enfin nos vélos sur les routes birmanes ! Nous passons par des petites ruelles où des artisans fabriquent des sandales à la main, visitons le palais royal rapidement avant de monter en haut de Mandalay Hill pour admirer les belles couleurs du ciel au coucher de soleil. Nous y rencontrons Collin, jeune étudiant moine qui nous propose de venir visiter son école le lendemain. Nous passons donc la journée suivante au PDO Monastic Highschool où nous découvrons une école qui partage bien les mêmes valeurs que notre projet. Une éducation gratuite pour tous ! Le centre accueille essentiellement des jeunes issus de familles pauvres des régions reculées du Myanmar, pour qui l’école est trop chère. Nous avons la chance de visiter avec Collin les dortoirs des enfants, et d’assister à un cours de mathématiques. Nous rencontrons aussi des volontaires qui nous donnent plus de détails sur le centre. Une belle journée, qui se conclut autour d’un repas avec des amis français de passage à Mandalay.

 

 

De Mandalay à Kalaw

 

La première étape à vélo est enfin arrivée ! Nos bolides sont bien chargés mais nos jambes sont légères et déterminées. Nous partons tôt vers la ville de Ngazun. Nous passons par le célèbre pont U Bein où nous avons la chance de contempler un superbe lever de soleil en compagnie des moines et des premiers pêcheurs du matin. Le site est magnifique, bien que de nombreux déchets viennent nuancer ce tableau. Au cours de la journée, nous traversons notamment l’ancienne cité Ava avec ses nombreux vestiges et pagodes, et nous dégustons un très bon vin de palme offert par une famille attachante rencontrée au bord de jolies rizières. Partout où nous passons, on nous offre de beaux sourires. Après plus de 75 kilomètres sur des routes poussiéreuses entourées de palmiers, nous sommes heureux d’arriver à Ngazun où nous demandons avec un peu d’hésitation l’hospitalité à quelques jeunes. Malheureusement la police locale s’en mêle et nous fait comprendre que nous ne sommes pas vraiment les bienvenus. Après des discussions au centre du village devant des dizaines de passants intrigués, nous voilà partis pour 80 kilomètres supplémentaires : obligation de rejoindre l’hôtel le plus proche escortés par la police ! Entre 19h et 1h du matin, nous roulons donc en continu avec pour seules pauses les changements d’escortes. Chaque kilomètre nous paraît durer une éternité, poussés par le bruit du scooter du policier derrière nous. Arrivés à l’hôtel à Myingyan, nous sommes ravis d’avoir terminé cette première journée intense ! Nous avons déjà pu entrevoir le contrôle strict de l’État birman sur les voyageurs étrangers, un contraste fort avec la bienveillance des populations locales rencontrées.

 

Nous faisons désormais route vers Bagan, la plaine aux 2000 pagodes et temples. En chemin, nous faisons la connaissance de Joe qui nous fait visiter son grand jardin avec fierté. Après quelques parties de Chinlon, jeu traditionnel birman, avec son fils et ses amis, Joe nous offre même une dizaine de bananes chacun qu’il va directement cueillir devant nous ! Encore une fois, nous sommes touchés de la gentillesse des Birmans pour qui donner signifie beaucoup. Nous passons 2 jours à Bagan où nous profitons pleinement de ce site fabuleux. Admirer le départ des montgolfières au petit matin, se perdre dans la plaine gigantesque ou encore s’imprégner des lumières singulières le soir sont autant de bons moments qui nous ont marqués. En revanche, les nombreux hôtels de luxe en construction autour du site et les interminables files de bus, marqueurs d’un tourisme grandissant, nous ont quelque peu déroutés. Le tourisme laisse des traces, que nous avons même ressenties dans nos rencontres avec les Birmans sur place, moins chaleureux et accueillants que dans les petits villages.

 

Nous voilà partis pour 4 jours intenses à vélo pour rejoindre Kalaw dans les montagnes de l’État Shan. Nous roulons toute la journée en privilégiant le matin pour éviter la chaleur de la mi-journée, et nous arrivons le soir très fatigués. Dès que nous passons dans un village, les enfants nous lancent de beaux sourires et font de grand signes en criant « Mingalaba » (le bye bye local). Cela nous motive un peu plus ! Lorsque nous apercevons un terrain de volley, nous nous arrêtons et échangeons quelques passes avec les jeunes et les moins jeunes. Notre prestation n’est pas fameuse, mais les rires eux sont bien présents des deux côtés. Nous rencontrons aussi Mark sur la route, ancien ingénieur allemand parti pour un tour du monde à vélo il y a déjà deux ans. De quoi nous donner des idées !

 

Nous passons la première nuit dans notre tente, après l’échec de notre demande dans un monastère. Le camping étant interdit au Myanmar, nous veillons à ce que notre campement reste bien caché, à l’écart de la route principale. Au petit matin, pas de visite de la police : ouf, soulagés ! La deuxième nuit est plus tranquille dans un petit hôtel à Meiktila. Nous rencontrons le propriétaire le lendemain matin, Dr. Khin MG Myint, qui insiste pour nous inviter à un mariage traditionnel birman en centre ville. Nous arrivons vers 9h du matin dans une ambiance très « guindée », qui nous paraît assez décalée en regard de ce que nous avons pu observer du Myanmar jusqu’à présent. Nous sommes reçus comme des invités privilégiés et nous assistons à la remise des alliances. Une cérémonie haute en couleurs !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la dernière nuit avant Kalaw, nous tentons une nouvelle fois notre chance dans un monastère vers Payangazu. Bingo ! On nous propose de dormir dans la pagode surplombant le monastère, avec une vue splendide sur les montagnes environnantes. On en profite pour faire une partie de notre nouveau sport favori, le Chinlon, avec les jeunes moines. Nos hôtes sont d’une gentillesse remarquable, et nous offrent un bon repas local et des couvertures pour la nuit. Réveillés au son de prières le lendemain vers 6h, nous sommes d’attaque pour la dernière étape avant Kalaw : une montée de 30 kilomètres à travers les montagnes. L’ascension est longue, le soleil tape, les jambes chauffent, mais les paysages sont au rendez-vous malgré les balais incessants des camions. Nous arrivons à notre petit hôtel bien fatigués, et nous retrouvons Mark avec qui nous partageons un bon repas en écoutant ses aventures.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon